mardi 16 octobre 2018

L’amour pardonné

                                     
Composition IX, 1936, Vassily KandinskyParis, Centre Georges Pompidou



Porté par cet amour que tu m’avais donné

Je t’apporte ma joie de s’être abandonnés.

Pour t’écrire un sonnet en vers de mirliton

Mon couvre-chef est rouge, un bonnet de Bretons.

Porté par cet amour que tu m’avais donné

Que n’ai-je dû veiller de journées en nuitées

Pas en veillant sur les cendres d’un autre amour

Mais pour te retrouver, cachée dans l’or du jour !

Porté par cet amour que tu m’avais donné

T’aurais-je tout donné, tout le temps étonnée

De la tendresse et du plaisir que je t’avoue

En marquant chaque jour d’un nouveau rendez-vous ?

Porté par cet amour que tu m’avais donné

Aurions-nous fait d’amour l’enfant qui serait né

Et qui n’aurait pleuré qu’en naissant ; eût agi

Dans un monde sans cieux ; pour mourir assagi ?

Porté par cet amour que tu m’avais donné

Je t’apporte ma joie, fou d’être pardonné.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre aimable intérêt pour ce blog.