lundi 27 janvier 2020

Qu’en creux

Un beau canard


Des canards rimbaldiens s’ébattaient dans leur mare.
« Où allons-nous ? » cancanaient-ils, fiers, en latin.
Ils allaient de gloussements gallinacéens
en « coins-coins » nasillards au petit coin, peinards.


J’ignore s’ils flambaient... Enfin, ils m’irritaient.
Je ne suis pas comme eux un poète érudit.
Je n’ai pas leur savoir, et bien que j’étudie,
pendant qu’ils étudiaient le beau chant, je chantais.


Et je dégoise aussi quand je suis aux latrines,
je ne suis pas discret, j'avertis ma voisine.
Mais eux, dans un concert effréné de prouts-prouts,


de binious, de perlouzes, et de salves lentes,
ils engraissaient le champ d’une armée en déroute,
et moi, qui les suivais, j’empreignais leurs fientes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre aimable intérêt pour ce blog.