dimanche 9 février 2020

Évasion poétique


Deux femmes courant sur la plage, 1922, Pablo Picasso



Quand le poème entier ne rime qu’avec l’évasion, la comparaison en cavale se prend les pieds dans le tapis du pathos, sous l’œil moqueur de l’allégorie, qui convoque l’ironie et la lettre à ce spectacle métaphorique : 


« Tiens, la Comparaison est une jolie dame ! », relève aimablement la métaphore, flatteuse. 


La comparaison, un peu confuse, la remercie du compliment, se redresse et repart de plus belle, suivie de près par la métaphore, qui en est tombée raide amoureuse.


Les deux nouvelles complices filent, 
                                                     à travers 
les 
c
h
 e
       m
     i
 n
      s  
                 sinueux        
de la circonlocution. 


Mais au carrefour de Saint Trope, elles se séparent, 
à court d’inspiration.       La     com
                                                       p
      essoufflée,                                 a
                                                          r        
            est rattrapée                          a                                                                                                           i
                par l’agent du verbe,        son

qui connaît   les formalités afin   d’arrêter     
                                        la   fuyarde. 


Elle sera traduite en anglais de justesse.


Pendant ce temps, la métaphore improvise un trajet : au lieu de prendre tout droit vers le sens, elle choisit une ellipse
a   
 
           s
              o
                       
              l
                             
   u 
         
m                                 f
                                    e
                                              n          t o

                                                                        l

                                                                        l

                                                                        e

qui lui sera 
fatale. 


Inconsciente du danger, elle court vers la 
vertigineuse falaise 
      de l’hyperbole, 
elle embarque 
    avec   
elle     le Soleil
   le Ciel,           e
la Terre,               t
                                     l
                              a





mer mer mer mer mer memer mer mer mer mer mer

  mer       mer                                                                                    
  Mer mer mer      mer Mer
    Mer         Mer                 Mer    
                             Mer mer     Mer         
    mer      m e r     mer           Mer         mer
    mer mer   Mer
mer     mer  Mer       mer
Mer
mer Mer       mer    mer Mer mer
mer Mer     mer       mer                  
mer      mer    MER  
Mer mer mer mer
      Mer

  mer

elle glisse 
avec la rime, 
le décor 
et tout le contexte !
  Bing !
  
B   a   d   a   b   o   u   m !
C’ e s t  l a  c h u t e  !  !  !
                       d’ u n e  c a t a c h r è s e  d e  
                                                   q u a r a n t e  m è t r e s !



La             peine à surnager au milieu des
   métaphore 
 nouvelles vagues, 
elle se démène dans le flou artistique, lutte à contre-courant et parvient, péniblement, à éviter la noyade... 
    
       
                     mais     un  
           gros             calligramme 
     qui                     passait 
        par  là  la  dévore !
      La comparaison, tardivement, 
          entend la tragique nouvelle. 
       Elle ne trouve pas les mots.
          Elle est inconsolable. 



Bien des années plus tard, lorsque, enfin, elle sort de la prison du langage, elle n’a pas les moyens d’assurer sa subsistance. La veuve indigente se nourrit de plancton, de coquillages et crustacés, de chocolats périmés, de conserves avariées, de platitudes indigestes au service de la littérature.



Épuisée, 
   
  elle choisit d’en finir comme une grande. 


Alors, mesdames et messieurs, 

                style
            beau    de
      un                janvier,
par 

le cœur serré mais l’esprit clair
la comparaison 

  disparaît

après avoir prononcé sa dernière parole


Une parole 
     
messieurs-dames
         
                                               d’une vérité 

                                             sibylline
      et d’un luxe


sardanapalesque





Et un beau jour, la comparaison, 
                     
heureuse 

comme au premier instant de leur rencontre, 

rejoint la métaphore au Paradis 

— qui n’est pas un mot vide de sens —

mais le lieu où elles s’unissent enfin, 

dans un long baiser, 

qui exprime, librement, leur unique amour : 

celui de la langue.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre aimable intérêt pour ce blog.