mardi 11 février 2020

Alcatraz

Prison d’Alcatraz, San Francisco









Sur l’île d’Alcatraz, au gré des alizés,
élisaient domicile certains exilés.


Leur vision s’enlisait dans l’azur des eaux lisses,
où, silencieuses, des balises à hélices,
posées par la police à l’insu des suspects,
rendaient si difficile, à ces oiseaux discrets,
la traversée des filets sans être saisis.
C’est un supplice atroce de moisir ici !



Treize d’entre eux, désireux d’oser l’évasion
instruisirent leur réseau de leur décision :


« Nous voulons disparaître sans laisser de traces
et oublier la malédiction d’Alcatraces ! »



Une nuit sans étoiles, l’espoir les saisit.
En exerçant leur style à la brasse, transis
dans l’océan glacé, ils firent les délices
de poissons exaucés... tandis que leurs complices,
qui connaissaient les ficelles de leur méfait,
embrasaient Alcatraz, qui, fissile, sautait.


David Rolland 

Ce poème figure dans le no. 65 (novembre 2019) de Lune en Carré, la revue de poésie publiée par l’association brestoise An Amzer.
Retrouvez Lune en Carré à la librairie Dialogues à Brest.
Association An Amzer Poésies
Rencontres et publications 
anamzer@free.fr
temps-pestif.over-blog.org
MPT de Saint-Pierre, 25 rue Victor Eusen 29200 BREST

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre aimable intérêt pour ce blog.