vendredi 14 octobre 2022

Critique : métacritique, poésie, lectures


Pierre Vinclair
Vie du poème
Lignes intérieures
Labor & Fides, 2021.



Critique :
(Note de lecture), Pierre Vinclair, Vie du poème, par Auxeméry : Du sauvage au lisible


Métacritique : le 18 septembre 2021

Bon sang, c’est d’un convenu ! Évidemment ! Mais évidemment ! La critique de bonne conscience qui n’en finit plus de procurer le bon teint à des empailleurs de vérité est là, sortie de mon chapeau. Avec ça, il ne manque rien, pas même le dénigrement, la mesquinerie envers des poètes même pas nommés, ce qui ne serait pas volé. Je ne lirai pas ce livre. D’ailleurs tous les livres de Pierre Vinclair sont illisibles, sauf, espérons, celui-là. Quant à Auxeméry, la lecture qu’il nous en donne nous ôte le pain de la bouche. Tout y est compris de travers. Et c’est ainsi que tous les redresseurs de torts agissent, en remettant à l’endroit des faits qu’ils ont eux-mêmes tordus. Qui a dit que les poètes croyaient aux muses ? Sans rire ? Sans jeu ? Qui se prend pour des génies ? Pour des inspirés ? Qui n’a pas perçu que l’inspiration est « pulmonaire » ? Pas Pierre Vinclair, pas Auxeméry, car on le saurait ! Qui, mais qui sinon ces deux-là, censure la poésie qui n’existe pas encore, qui est d’ailleurs inadmissible, à longueur d’articles et de livres ? « On n’a jamais dit le contraire. » Personne ne dira jamais le contraire si ces deux-là ne mentent pas comme ils respirent. On ne leur dira jamais leur fait ni leur contraire d’homme à homme ni honorablement édité, car ils interdisent de le faire. La poésie que ces gens dénoncent à coups d’escrime dans le vide, N’EXISTE PAS, elle n’est pas de leur monde. Tout est convenu d’avance pour la rendre INADMISSIBLE, puisque les Éditions Couillebrand, les Éditions Pros@fric & les Éditions Austères Unies dans la Misère, opinent du chef à ces deux-là. « Da-da », font Vinclair et Auxeméry. « Oui-oui », font les éditeurs•rices. 


Ils diront ce qu’ils voudront. « Le poème par conséquent ne part jamais de rien, premier point, et second point, corollaire, ne naît pas, surtout pas, d’une attente du faire-poème qui lui serait substance-de-soi à concrétiser. », lit-on dans l’article. Ils diront ce qu’ils voudront, mais personne ne croira que cette poétique-là n’est pas un faire-poétique. Cela me fait penser au texte de Jean-Marie Gleize, « Un métier d’ignorance, États de la poésie en France aujourd’hui », dans « Poésies aujourd’hui » de Bruno Grégoire chez Seghers (1990), que je lisais ces jours-ci. Sur la mise en cause négative de la poésie à travers une « série de propositions positives », il écrivait ceci : 


« […] pour Denis Roche lui-même c'est la prosodie inédite des Dépôts de savoir et de technique (le « cadrage » arbitraire du « chant général » des hommes et des choses), la recherche au-delà du principe de poésie par les voies de la photographie, du journal intime, d'un traitement « neutre » de la fiction, etc. ; pour d'autres (je pense à Christian Prigent et aux écrivains qui partagent son aventure au sein de la revue TXT. Verheggen, C. Minière, E. Clemens...), c'est l'approfondissement systématique de la « monstruosité » à l'œuvre dans l'écriture, c'est le refus de parler la « bonne langue frontale » qu'on dit maternelle, toujours étrangère, vécue dans le malaise, l'angoisse («langst», écrit Hubert Lucot), c'est la recherche forcenée de cette pré-langue (pré-codée, pré-symbolique, pré-assujettie) qui serait faite (je cite Prigent) « d'énergie, de souffles, de rythmes », qui « n'exige aucun service, ne milite pour aucun horizon communautaire, et n'a d'autre interlocuteur que l'insensé de l'expérience, l'intimité trouée de l'inconscient, la jouissance drôle du dérapage des langues. »


Mais évidemment ! Que Jean-Marie Gleize et Christian Prigent à leur tour nous montrent un texte, un poème, qui ne soit pas « d’énergie, de souffles, de rythmes », etc. Si c’est là une définition positive, la négation de la langue commune n’est pas vouloir « l’approfondissement de la monstruosité », elle n’est qu’une aberration de plus qui ronge mortellement LA SEULE RÉALITÉ à laquelle nul ne peut se soustraire sans disparaître, à savoir LE FAIT D’ÊTRE, et d’être un poème vivant. Mais pour ces gens, défaire la poésie qui n’existe pas, qui est inadmissible, c’est chose normale, c’est pourquoi ils font une poésie qui existe, qui est admise, ainsi leur FAIRE est POÉTIQUE, et tout ce qui veut les contredire n’est que CONTREFAIRE & CONTREFAÇON, autrement dit, CONTRADICTION DE CE QUI SE FAIT. De bien des manières, leur poétique, leur discours, leurs poèmes même, je les lis, ils me divertissent au plus haut point quand je suis à mon affaire, mais aussi quand je peux, en les lisant, lutter contre l’ennui, la solitude, le néant et l’obscurité. Leur lecture m’est agréable, mais leurs résultats trente ans après, et d’ores et déjà avec Pierre Vinclair et Auxeméry, m’empoisonnent et m’encombrent l’existence au plus haut degré de lassitude. « On ne peut pas dire le contraire », et je suis prêt à tout pour que leur manège idiot cesse de fonctionner. Ce manège, démonter une poésie qui n’existe pas pour eux parce qu’elle est inadmissible dans leur périmètre de confort, refuser des poèmes qui n’existent pas en eux parce qu’ils sont inadmissibles autour d’eux, est d’une idiotie bien réelle à mesure qu’elle se répand dans l’opinion.


David Rolland



Lecture : ajout du 14 octobre 2022 


J’ai lu dans les jours ou semaines qui ont suivi Vie du poème de Pierre Vinclair, je n’ai pas perdu mon temps malgré quelques passages agaçants pour la lourdeur d’approche qu’ils impliquent, à savoir compliquer sans s’expliquer au sujet de certaines aberrations impossibles à sauver, sauf en misant sur une technique de communication indirecte voulue par l’auteur. Avec Sans adresse, son recueil de sonnets intelligents, c’est l’un de ses livres que je peux recommander volontiers, sans que j’aie lu tous ses ouvrages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre aimable intérêt pour ce blog.