jeudi 29 avril 2021

LECTURE : Quart livre des reconnaissances, de Jacques Réda


Quart livre des reconnaissances, Jacques Réda, Éditions Fata Morgana, 2021


Quand Jacques Réda publie, la poésie se réjouit. Le quart livre des reconnaissances est l’un des rares livres, l’un des seuls, en 2021 et au-delà du temps, qui réveillent le lecteur de poésie égaré ou déçu par la production moderne. 


Le Poète, fidèle à sa Muse, a su marier la forme et le fond dès les premières pages, qui s’ouvrent sur les Fragments d’une épopée du mètre avec la suite Le Roland sérieux : 


I

Décasyllabe est le vers féodal 

Du preux qui tient ferme sa Durandal


Entièrement composé de vers de dix syllabes et traitant des origines de la langue littéraire française, ce poème fourmille d’intentions et de trouvailles, de rimes, bien-sûr, d’allusions et d’évocations historiques qui n’en font pas une parodie tardive de la chanson de geste, mais une lecture chantante, une coupe légère qui accueille en elle les siècles et les esprits, sans imposer leur poids. Le geste donc, est large, ouvert, bienveillant.


Jacques Réda possède avec sa Muse toutes les possibilités du mètre régulier français. Après le décasyllabe qu’il qualifie, si ma mémoire est bonne, d’élégant et tendu, propice aux descriptions et à la narration, presque classique (cf. Quel avenir pour la cavalerie ? Une histoire naturelle du vers français, Jacques Réda, Éditions Buchet-Chastel, 2019) ; l’octosyllabe s’invite, un peu balourd, porté par sa puissance satirique et comique ; l’alexandrin apparaît (avec le poème Renaissance), qui chantera l’amour, les époques, qui épousera l’âme des poètes, des amoureux et des épris d’absolu, qui saura conter l’aventure de l’humanité avec amplitude, clarté et force persuasion. 


Le travail en vers de Jacques Réda ressemble à un jeu, qui lui permet aussi de fixer des fresques sérieusement. Sa mémoire et ses pensées, dont les vers et les rimes animent les étendues et les enchaînements, émergent lentement d’une langue poétique, au fur et à mesure qu’il joue avec (ou dompte) les mètres. Au fil des souvenirs littéraires, poétiques, des lectures, des amitiés et des joies retrouvées dans les poèmes qui s’écrivent là, ses visions se font plus personnelles, plus sombres aussi, plus chargées d’un enjeu qui se dresse devant la langue poétique, et que le Poète incarne pour sa Muse. 


Ainsi l’heure approche. Sans gravité. Mais on va devoir s’expliquer. Cela s’appelle Musardises et Cornemuses. Si vous les entendez au loin, faites un détour ; et si vous les attendiez, tenez-vous prêts à danser, pas que la valse ou la gavotte. Composée de neuf poèmes, cette section du livre explore la palette du mètre français avec des grâces et des intensités qui disent et redirigent le sens de la poésie française vers un avenir digne de sa grandeur. 


VII

L’unique Muse inspiratrice est la mère Énergie.


Tel est le premier vers de la poésie à venir. Dans cette danse première, l’horizon s’étend, la veille se prolonge, l’empreinte du temps se remarque mieux sur les figures, les teintes du ciel mordoré s’approfondissent, le rythme s’accentue, le balancier le suit et l’atmosphère s’épaissit.


Point n’est besoin d’un manifeste. Un autre poème suffit. 


La Muse à son Poète, alors, dira adieu, dans un ultime poème. Ou dans un autre encore. Il aura, le Poète, le goût tendre et madré d’assombrir le tableau, car son pessimisme contient autant de nuances que sa gaieté.


IX

Bientôt je m’en irai vers l’éternel royaume 

Et, Muse, je te vois prête à m’accompagner […]


Lien vers la page de l’éditeur 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre aimable intérêt pour ce blog.